Mesparrow :

Pop, folk

Il existe désormais deux Mesparrow : la première minutieuse, cérébrale, tête chercheuse, est adepte des enregistrements savants. La seconde, éloignée de toute routine, en mouvement, a trouvé une forme d’élévation intime. L’une et l’autre entrent en collision, avec effet immédiat sur ce troisième album aux idées claires. « Trop curieuse, trop peureuse/ On me dit tout et tout son contraire/ On me pousse, on me freine/Je veux juste qu’on m’aime telle quelle (…) Je suis trop pas assez/Mais toujours différente/Et ça gêne les autres/Mais je me sens vivante ». Ainsi s’avance la jeune femme, sans béquille, consciente, exacerbée, assumant pleinement ses élans, ses excès, ses failles, ses fêlures. Elle injecte son hypersensibilité dans ses textes, fruit d’un cheminement introspectif, d’une quête de développement personnel. D’une intuition décuplée par sa récente maternité, aussi.

Quatre ans après Jungle contemporaine, première amorce vers une plongée intérieure mais en abîme avec la société, Mesparrow a gagné encore en poésie, en profondeur, en densité. Et le spectre sonore habité n’a jamais été aussi ample. Seule aux commandes de ce Monde sensible, l’ancienne étudiante aux Beaux Arts compose une malicieuse carte des affects qui la (et nous) guide(nt) aux confins des expériences émotionnelles. Elle se réfugie dans les draps accueillants du savant fou-arrangeur Nicolas Bourrigan, bassiste du groupe Isaac Delusion, tandis qu’Antoine Thibaudeau appose sa fringante signature sur les rythmiques électroniques. Ici, les machines ne sont pas froides mais ensorcelées, mouvantes ou florissantes. Animée d’une force libératrice, la trentenaire peut se permettre toutes les audaces, même la solennité du piano-voix lors d’une ultime confession (Elle rougit). Et si on se rappelle alors qu’elle aime tant Barbara, Mesparrow fait surtout partie de ces femmes qui empêchent la chanson de tourner en rond.

Un film documentaire « Débris d’idéaux » de Ludovic Vieuille , portant sur la création de son dernier album « Monde sensible », sort en septembre 2022. Il sera disponible pour les médiathèques. Plus d’informations ici

Le principe de la rencontre repose sur un mini-concert et un échange avec le public. Elle jouera du clavier et s’accompagnera de sa pédale de boucle pour des envolées vocales.

Un retour d’une collègue en médiathèque : « Mesparrow a offert au public de la Médiathèque de Saint-Mandé une parenthèse enchantée… Tous sont tombés sous le charme de sa voix et de sa présence. »

Pour les disponibilités, merci de nous contacter !

Besoins techniques
Discographie
Visuel à télécharger © Fabien Tijou
Logo 45 Tour fond blanc / fond noir
  • Categories